Choisissez votre camp.


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Niall. ◮ it'es easier to admit you're mad than to admit you're hurt. || 100%.

Aller en bas 
AuteurMessage
Niall H. Norhelsen

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 19/03/2012

MessageSujet: Niall. ◮ it'es easier to admit you're mad than to admit you're hurt. || 100%.   Mar 20 Mar - 1:09

Je me nomme Niall Hazel Norhelsen, j'ai actuellement vingt ans. Je suis né le douze août, à Berkeley, en Australie. Je fais parti des demi-dieux errants. On peut facilement m'identifier physiquement grâce à mes cheveux blonds et les couleurs toujours vives de mes vêtements, ou encore à cause de la façon dont je passe la main dans mes cheveux quand je suis nerveuse. Je suis l'enfant de Poseidon et c'est pour celà que j'ai le don de contrôler l'eau comme bon me semble. J'assure ma survie avec un poignard d'argent (et aussi avec un arc et des flèches.) On me dit que je ressemble beaucoup à Juno Temple.

PEOPLEareSTRANGE



THISisMYSTORY
Dans l’ambiance feutrée de l’immense bureau aux couleurs sobres et claires, Niall détonne. Elle en a conscience, mais elle ne bronche pas, balançant pratiquement son vieil Eastpack décoloré sur le bois lustré du bureau, faisant grimacer la psychologue à la mine déjà pincée. Elle ne dit rien, Niall n’esquisse plus un mouvement, affalée dans le fauteuil que lui a indiqué la bonne femme.

« Il me faudrait ton nom et ton prénom, s’il te plaît. » indique-t-elle.
« C’est marqué sur mon dossier, vous ne savez pas lire ? » susurre Niall, d’un ton mielleux.
« Niall Norhelsen, donc… » abdique la femme.
« Niall HAZEL Norhelsen. » rectifie finalement la jeune femme, appuyant sur son second prénom.
« Si tu y tiens. »
« Autant qu’au reste. »

Niall détourne le regard pour observer les murs dépourvus de décoration, fraîchement repeins dans des teintes allant du marron chocolat au sobre taupe, en passant par une couleur crème qui lui donne envie d’aller s’essuyer les pieds directement dessus. Ecœurant.

« Vos murs étaient bien mieux en vert, si vous voulez mon avis. » précise-t-elle d’ailleurs.
« Récapitulons, tu veux… Parle-moi de toi. »

Automatiquement, la blonde tourne la tête vers la psychologue, et la dévisage. Cette dernière reste impassible, malgré un frémissement au coin de sa lèvre. Finalement, Niall obtempère. Elle n’aura la paix que de cette manière, de toute façon.

« Comme marqué sur mon dossier, je vais vraiment finir par m’interroger sur vos capacités à lire correctement les feuillets qu’on vous donne, vous savez. Niall Hazel Norhelsen. Australienne, née le douze août à Berkeley, a passé onze ans dans sa villa d’enfance avec sa mère célébrissime, avant d’être envoyée aux Etats-Unis dans une nouvelle baraque plus grande que tout ce que vous pourriez vous offrir dans votre minable vie de psy. A ensuite passé le restant de sa vie a glander au bord d’une piscine de taille olympique, parfois dedans, et à se faire renvoyer de la plupart des écoles où elle s’est rendue. J’ai oublié quelque chose ? Ah, ouais. N’a jamais connu son père, est probablement fortement perturbée à cause de ceci. »
« Merci. » souffle la psychologue dans un sourire ombrageux.
« C’est rien. » siffle Niall, excédée.
« Nous allons faire entrer ta mère. »
« Dingue, ça va être la première fois que je la vois depuis sa tournée en Asie. J’espère qu’elle m’a ramené un souvenir, j’adore les sushis et les mangas. »

Le ton dégagé de Niall attire le regard débordant de compassion de la psychologue. Niall a juste envie de lui cracher dessus, mais elle se retient, se renfonçant dans son siège, attendant qu’une grande femme aux allures de gravure de mode vienne s’installer à ses côtés. Des effluves d’un parfum hors de prix lui indiquent qu’elle est arrivée, mais Niall ne fait pas un geste pour la regarder.

« Bonjour, Madame Norhelsen. » entame la femme. « Nous tenions à vous annoncer, tout d’abord, que Niall s’est de nouveau faite renvoyer de son école. »
« Oh, chérie, c’est la troisième fois cette année. » se désole sa mère, d’un air peiné. « Je connais ma fille, elle ne voulait pas, elle est juste extraordinairement maladroite. Elle se rattrapera, si le lycée lui laisse une nouvelle chance. » assure-t-elle.

Même quand elle n’y est pas obligée, elle joue la comédie, remarque Niall. Son air exagéré et ses expressions outragées lui font afficher un sourire hypocrite.

« Navrée, mère. Il semblerait que je sois perturbée mentalement, c’est le dossier qui le dit. Et puisque je pense que vous – elle incline la tête vers la psychologue, qui hoche machinalement la sienne avant de réaliser son geste et se reprendre – êtes d’accord, vous ne serez aucunement, ni l’une ni l’autre, surprise des actes qui seront les miens. »
« Que veux-tu dire ? » s’offusque sa mère, rejetant sa longue chevelure blonde en arrière dans un geste grandiloquent.
« Que j’me casse. » siffle Niall.

Elle se lève, ramasse son Eastpack, fait demi-tour, quand les deux types qui gardent la porte s’approchent d’un air menaçant. Nonchalamment, la jeune femme pose le pied sur le bord du fauteuil où elle était installée quelques secondes plus tôt. D’une violente pression, elle le renverse, assez pour déconcerter les deux bouffons, lui laissant le temps de s’approcher de la petite fontaine qui se tient discrètement auprès de la porte. Une main tendue lui suffit pour la faire exploser littéralement, libérant des trombes d’eau sur les deux hommes, qui poussent des hurlements outrés.

« Des fillettes, vos bonhommes. » commente Niall, avant de saluer du bout des doigts les deux femmes encore assises, qui la dévisagent d’un air ébahi. « Et toi, mère, ne prétend plus me connaître. Plus jamais. Tu n’as jamais pris la peine de me regarder, de me voir grandir, de découvrir qui je suis, alors ne fais plus jamais ça. »

L’air frais, au-dehors, fait du bien à Niall. La jeune femme passe une main dans ses cheveux indisciplinés, rajuste son tee-shirt d’un orange vif, et tire du bout des doigts sur son pendentif d’un rouge éclatant. Les couleurs vives qu’affiche l’adolescente semblent hurler « Regardez-moi ! ». En réalité, elle veut juste être oubliée, maintenant. Comme chaque fois qu’elle sort d’un de ces rendez-vous, elle rectifie mentalement l’histoire balancée à la psychologue. Associés aux onze ans passés en Australie, les différents évènements étranges qui avaient traumatisé bon nombre de ses nourrices et cuisiniers, tous liés à l’eau. La façon dont elle avait détourné une fontaine entière sur un homme qui lui proposait innocemment des gaufres au parc, une fois arrivée aux USA. La façon dont un type très étrange s’était jeté sur elle en lui intimant de le suivre, chose qu’elle avait faite en échange d’une plaque de chocolat. Et puis la découverte des plus étonnantes : elle était une demi-déesse. Niall retient un rire, dans la rue. Si la psychologue savait ça. Remarque, elle devrait le savoir, vu comme elle avait arrosé ses deux gardes du corps. Il n’y avait rien de meilleur.
Ajustant son sac sur son épaule, la jeune femme s’avança dans la rue, en direction de la villa de sa mère : elle avait mérité un cocktail au bord de la piscine, et plutôt deux fois qu’une.

THISisMYCHARACTER
« La mer est sans routes, la mer est sans explications. », disait l’autre. Il n’avait pas tort, surtout lorsque l’on rencontrait Niall, fille des océans. Niall est de celles qui n’ont pas de but, vivent leur vie au jour le jour, et disent que l’ « on verra bien comment ça se passe ». De celles qui prennent des risques, font n’importe quoi, n’importe comment, aiment gagner et vivre heureuses. De celles qui un jour, parfois, se retournent sur leur vie et s’effondrent en se demandant comment elles sont devenues ainsi. De celles à qui ce n’est pas encore arrivé de s’effondrer.
Niall est une fille de riches, Niall est une jeune femme indépendante. Niall a mille facettes. Niall est Australienne, mais elle s’en fout. Niall est la fille d’une des femmes les plus célèbres au monde, et elle s’en fout tout autant. Niall voue un culte au chocolat, et cela, elle ne s’en moque pas. Niall a un sens des priorités totalement à revoir, mais elle n’y accorde pas la moindre importance.
Vivre, c’est ce qu’elle veut, ce qu’elle aime. Pleinement. Avec les joies et les peines, les risques, les bonheurs éclatants et les douleurs destructrices. Elle va d’un extrême à l’autre, elle aime les couleurs vives, elle détonne complètement et elle s’en moque royalement. Elle est une demi-déesse, mais elle s’en moque. Certes, elle manipule l’eau comme de la pâte à modeler, et alors ? C’est fun, c’est tout. Les guerres entre dieux, elle s’en tape. L’alcool, la fête, le délire, elle préfère nettement ça au reste.
Certes, elle sait sa vie fichue. Elle sait qu’elle se détruit à faire ce qu’elle fait chaque jour, mais Niall n’en tient pas compte. Mieux vaut mourir jeune, prétend-elle, alors qu’elle fuit chaque responsabilité, chaque pilier de la vie avec un entrain presque effrayant.
« La mer est sans routes, la mer est sans explications. » Qui pourrait expliquer Niall, alors qu’elle ne peut elle-même ? Douce et séductrice un jour, elle saura être froide et mordante le lendemain. Elle expérimente, Niall, parce qu’elle ne sait pas qui elle est, alors elle tente. Comme on changerait de déguisement, elle s’habille de différentes personnalités, « pour voir. » Et elle verra bien, ce qui lui correspond. Elle verra bien. Qui vivra verra, elle n’a pas encore vécut, après tout.

THISisMYLIFE
Saaaalut. Alors déjà, je tiens à dire que je m'appelle Léa (mais t'as le droit de m'appeler Marley, ou Flo, vu que ce sont des pseudos que j'ai pas mal sur le net. Ou sinon appelle moi Louise ou Sophie, je m'en fous, je suis assez ouverte comme fille). J'ai dix-sept ans, j'approche peu à peu de mes dix-huit (OHMYROWLING, ellevapouvoirvoter ! Oui, ça m'étonne aussi, vous ne savez pas quel pouvoir on me colle entre les mains.) Vous me connaissez, du moins certains d'entre vous, j'en suis certaine, bwahaha. Et je ne casse pas la tradition, voyez-vous : JE JOUE UNE BLONDE. Eh ouais. Bon, je suppose que je suis grillée, donc autant ajouter que j'aime les sucettes à la cerise et le beurre de cacahuètes, et APHRODITE VOUS BAISERA TOUS - dans tous les sens du terme, héhé. (Bon techniquement Aphrodite n'est pas ma mère mais t'as vu, c'est un peu trop la déesse dont moi, Léa, la rouquine derrière mon PC, pourrait être la fille. Ou Apollon. Ou... Taggle, Léa, on s'en fout !) Et j'ajouterais Daynou est passée par là , et que je m'appelle JeAn-cHarles46, alors respect. Breeef, avant de dire plus de conneries, je vais aller me coucher (vous voyez l'heure de postage ? Time to sleep, Lea, gooo.). J'dois dire qu'entre vous et mon lit, mon lit gagne par KO, hahahaaa. Tchuss, les chéris. (GOSH, MAIS VOUS AVEZ SI PEU DE SMILEY. *Panique à bord.* Tiens, ça me rappelle ça. (Clique, c'est de la bonne.) Spécial kassedédi à qui se reconnaîtra.)
EDIT : Oui, mon espace perso sera plus long que le caractère de Niall, tant pis. Je voulais juste ajouter à qui voudrait l'entendre (et qui se sent concerné) que mon départ des autres forums et le côté "je disparais de vos vies, j'ai plus envie de vous parler" dont j'ai fait preuve il y a quelques temps ont pu blesser certains. Certes. J'aurais pu m'excuser, si ce n'était pas telle que je suis. Je suis du genre à disparaître sans dire un mot, à m'éloigner d'un coup sans raison, c'est comme je suis et je ne m'en excuserais pas. Je dirais simplement que vous m'avez manqué. Voilà.

code par tintinbelote sur Bazzart. Merci.


Dernière édition par Niall H. Norhelsen le Mar 20 Mar - 19:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daynie Jonsckins

avatar

Messages : 100
Date d'inscription : 03/02/2012
Localisation : Quelque part dans tes cauchemars.

MessageSujet: Re: Niall. ◮ it'es easier to admit you're mad than to admit you're hurt. || 100%.   Mar 20 Mar - 18:56

Mon pirateeeeee ♥

Je te valide tellement t'es bonne !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niall H. Norhelsen

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 19/03/2012

MessageSujet: Re: Niall. ◮ it'es easier to admit you're mad than to admit you're hurt. || 100%.   Mar 20 Mar - 19:03

Kiouuuul, merki mon amur. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nastasia R. Cameron

avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 03/02/2012

MessageSujet: Re: Niall. ◮ it'es easier to admit you're mad than to admit you're hurt. || 100%.   Mar 20 Mar - 19:40

Bienvenue. 8D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niall H. Norhelsen

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 19/03/2012

MessageSujet: Re: Niall. ◮ it'es easier to admit you're mad than to admit you're hurt. || 100%.   Mar 20 Mar - 19:42

Merci. 8D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William M. Cole

avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 03/02/2012

MessageSujet: Re: Niall. ◮ it'es easier to admit you're mad than to admit you're hurt. || 100%.   Mer 21 Mar - 16:21

Bienvenue parmis nous Wink

_________________


"Think of me like Yoda but instead of being little and green I wear suits and I'm awesome. I'm your bro - I'm Broda!" Cool


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niall H. Norhelsen

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 19/03/2012

MessageSujet: Re: Niall. ◮ it'es easier to admit you're mad than to admit you're hurt. || 100%.   Mer 21 Mar - 17:12

Merci. x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Niall. ◮ it'es easier to admit you're mad than to admit you're hurt. || 100%.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Niall. ◮ it'es easier to admit you're mad than to admit you're hurt. || 100%.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Niall
» Wave 3 apps on your Wave I/II (Easier way..)
» Secrets de famille - Niall Johnson
» Merlin, ses parents et les parents de Niall...
» Nouveautés ETS-35, "Easier Than Scratch-building scale 1:35".

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Choisissez votre camp. :: 
C'EST ICI QUE TOUT COMMENCE.
 :: Fiches terminées
-
Sauter vers: